Les Jardins du Mas de PAYAN


Le mas de Payan est acquis par sa propriétaire actuelle en 1981.
À cette époque, le jardin se compose d’un hectare de friches peuplées d’ormes morts, de ronces, et d’un bouquet de saules en fin de vie. Seuls deux chênes et quelques platanes peuvent être conservés.

Deux priorités s’imposent
: se protéger des vents dominants, mistral et tramontane, et créer un décor végétal nécessitant un entretien limité, le mas n’étant habité que durant les vacances scolaires.
Une série de haies, cyprès, lauriers sauce, lauriers tin, elaeagnus est plantée délimitant les jardins nord et sud. Quelques arbres et arbustes sont également introduits, chênes verts, arbousiers, cèdres, pins parasol.

L’étape suivante intervient en 1990 avec la création du potager. Initialement modestes et essentiellement composés de légumes, carrés et bordures s’enrichiront au fil des années de roses, de pivoines, d’herbes aromatiques, et de nombreuses autres essences.
Les années 1990 verront la réalisation d’une allée d’oliviers vers le canal du Viguérat, et l’introduction successive de chênes, d’érables, ainsi que de végétaux issus de graines et boutures récoltés à l’occasion des voyages botaniques de la propriétaire des lieux.

 
1999 :
L’adjonction d’une serre permet de protéger la collection de pelargonium ainsi que les espèces gélives. Plus important, le bouturage et la mise en semis des échantillons prennent un réel essor.
2003 : Payan s’agrandit de 13 hectares
L’allée d’accès est redressée et une rangée de frênes plantée de part et d’autre. Deux parterres sont crées en bordure du chemin.
Dans le même temps, un arboretum voit le jour avec une cinquantaine de jeunes arbres, souvent issus de semis « maison ». En contrebas, une collection de figuiers offerte.

Décembre se termine sous les eaux du Rhône et du Viguérat conjuguées. La réfection des massifs et le remplacement des espèces asphyxiées par l’inondation constituent l’une des priorités de 2004.
L’aménagement progressif des espaces sera poursuivi ainsi que l’extension de l’arboretum. En ce sens, dès janvier, une haie bocagère a été plantée le long de la route et prolongée en janvier 2005.
2006 :
Une plantation d’Ostrya carpinifolia et la construction d’un portail transforment l’accès d’entrée. Une double haie de peupliers est plantée à l’ouest Les introductions se poursuivent.
2007-2011 :
Poursuite des plantations et création d’un fichier détaillé des végétaux.


2011 :
Premières interventions d'artistes dans les jardins dans le cadre du festival d'art contemporain a-part.


2012 : naissance de l’association « Les Jardins de Payan ».
Cette association régie par la loi de 1901 a pour but de favoriser les rencontres et les échanges autour de l’art des jardins et des arts associés dans le domaine de la biodiversité botanique. Le jardin de Payan, riche aujourd’hui d’environ 1.000 taxons est un jardin qui conjugue l’art, des jardins au sens le plus large et la botanique. C’est le jardin d’une autodidacte passionnée de dendrologie, attachée à cette terre de Provence.
2013 : poursuite des collections
Les jardins se spécialisent dans l'introduction et l'acclimatation de végétaux pas ou peu introduits en rėgion Paca dans un sol argilo - calcaire PH 8.
  2014 : Acclimatation de nouvelles espèces de chênes  
  2015 : Déplacement de 26 figuiers, création d’un nouvel espace fruitier  
  2016 : Création d’une pépinière pour jeunes plants  
     
     






MAS DE PAYAN
Chemin Mannoni / 13150 Tarascon
tél :  04 90 54 62 38 / mail : contact@lesjardinsdepayan.com


Site réalisé par A Rebrousse Poil productions
http://arebroussepoilprod.free.fr